mercredi 31 juillet 2013

Jour n°7 : Exposition de Yuiko Tsuno à Shibuya

Rendez vous à 11h3à à Shibuya ( encore ! ) avec Yuiko Tsuno, une artiste que Alexis à croisé l'an dernier a aix-en-provence.

On se retrouve comme d'habitude devant le chien Atchico et Yuiko nous amène dans un café original, un peut bohème, de Shibuya. On se croirait dans un appartement d'étudiant mais ils ont du gros matérel de son.
Je mange un plat coréen et on discute avec Yuiko, qui réalise que l'Alexis que nous connaissons n'est pas celle qu'elle pensait ! La situation est amusante. On lui montre les enregistrement de la veille, ainsi que les clips de l'été dernier.

On revisite aussi nos Marcheruteka anciennes que Gaël avait illustrées.

Ensuite Yuiko nous ammène dans le café ou est son exposition, c'est le "Liaison Café". Yuiko y expose une série de dessin réalisé au stylo Pilot. Ils illustrent une histoire d'amour dramatique entre une jeune fille et un ange.



 Le lieu est charmant avec une belle vue sur les rue de Shibuya, il y a quelques journeaux gratuits et des livres interessant, c'est a la fois un café et une galerie d'art.




Puis comme on écoute notre enregistrement le patron du liaison café coupe la musique et viens regarder la vidéo. Il nous propose ensuite de jouer un concert en accompagnement d'une exposition de vêtement de Itchico "Fifi". On met en place l'événement avec Yuiko qui va inventer une histoire illustré pour l'ocasion de l'événement qui aura lieu le 16 Septembre, la veille de notre départ !
Ce sera donc notre concert d'au revoir au Japon !

Le projet se met en place dans l'après midi et on conclu le moment avec un mini concert improvisé.





 


On tente ensuite de retourner a Shinjuku a pied en passant par le parc Yoyogi, c'est une longue route
Dans le parc la nuit tombe et des groupes de jeunes répètent des chœur de comédie musicales, c'est une ambiance assez étrange !




On retrouve finalement notre petit restaurant de Ramen.

On retourne au "Decadence Café" ou on était passé Jeudi dernier pour rencontrer Adrien Le Danois.
Le personnage étonnant, il n'est pas la quant on arrive mais nous propose de l'attendre, il arrive et pendant toute la soirée il nous parlera de son Japon. Il est vite minuit et on est fatigué.
Aujourd'hui on fait bien attention, on  a pas envie de revivre la marche d'hier soir !

mardi 30 juillet 2013

Jour n°6 : Concert A Saravah

On joue à Chibuya ce soir ! Après une large nuit on commence a se préparer c'est douche rasage pour tout les voyageurs qui doivent être nickel pour le public japonais de ce soir. Puis on prépare les affaires et la guitare, repassage, accordage...

Après ça on a bien droit à un Ramen copieux, pour ça on se rend à Yomisedori. A yomisedori il y a un cavalier-archer que je photographie pour philippe.


On mange les copieux Ramen Miso, puis on fait couler un café glacé dessus avant de reprendre les ruelles vers Yomisedori. Dans une de ces venelles un robot géant perché sur un toit a cotès d'un chameau nous interpelle, ça ressemble à du Michaux, on découvre alors un attelier d'artiste avec une vue formidable sur notre quartier qu'on aime tant. Ce couple d'artiste très sympa nous fait visiter gentiment son atelier.



Puis on rentre au frais. On prépare le programme et on se met en route vers Nichinippori et Chibuya. Dans le train pour chibuya gael me montre un japonais en me disans qu'il ressemble à Harisson Ford, et ce gars se met a nous parler en français en disant qu'il connais le français, on fait donc connaissance. Il nous aide a lire la traduction des "poissons rouges". Puis on apprend qu'il organise des soirées autours de la chanson française à Tokyo. Il essaiera d'étre là ce soir ! On est bien content !


On arrive pour les balances à Saravah, Un garçon déguisé en bécassine grattouille sur un yukulélé désaccordé... puis on vois passer d'autre invités de la soirée. On fait nos balances. Puis je vais pauser mes affaires en coulisse ou une Castafiore se prépare. Les amis arrivent : Hanna d'abord et surtout qui après une réflection de la nuit accepte le défis de chanter sur "les loups", bien sur avec Saori, Ai, Mairin venue en Yukata magnifique, Asaka bien sûr, Oli et Emi.





Je commence par présenter avec quelques mots de japonais notre concert et invite sur scène la fantastique Hanna rencontrée hier soir. On commence avec "Le Christ aux Oliviers" et Gaël et François entrent en scène. Les lumières sont très bien. Subtile. On joue "Écris moi", puis "Les loups-Akuma wo Sagasu". Le temps se suspend, dans l’énergie, tout c'est passé superbement. Promis dès bientôt on met le film en ligne ici !! On a au moins trois prises de vue différentes ! On est épuisé mais heureux, on bois quelques verres en discutant en Japanglais approximatif.



On prend le dernier métro qui ne va pas jusqu’à Nichinipori et on rentre une fois de plus après une longue marche, coupé d'une pause Gui Don. De Tokyo c'est cette fois la face quartier chic/ quartiers froids que nous visiterons en noctambules.




lundi 29 juillet 2013

Jour n°5 : HANNAH au Club Goodman

Aujourd'hui, on s'est levé tard. Avec François, on a pris un café dans le bon café de Yomisedori, avec une petite pâtisserie japonaise sympa, très bon.

On est allé acheter nos Bento habituels, aujourd'hui, j'ai eu un beignet aux huitres. Puis on s'est mis en route vers Akihabara, le quartier de l'électronique.

On passe par un parc avec un temple très joli.




Sur le chemin de nombreux temples shintô, et zen, un petit cimetière avec des planches de bois et des inscriptions. Sur les tombes, il y a toujours un petit verre avec de l'eau dedans.



On passe ensuite dans un quartier très populaire, ancien, avec des venelles très vertes. À l'ancienne. Juste après un chantier et à côtés encore des immeubles très laids, le progrès est en marche.



On croise un Ampana.



On rejoint le quartier de l'électronique, pas très beau et on traine par là, on attend gaël qui est parti se reposer. Je monte en haut de la tour des livres.



Puis on se dirige vers la salle de spectacle, juste a coté : le club Goodman.

Quand on arrive dans le club, on est accueillis chaleureusement par Hanna qui va chanter ce soir. Elle a préparé un Guidon de Hokinawa épicé et savoureux.

La programmation était chouette et variée, de qualités. On fait la connaissance de Marico, Hanna, Saori. Asaka est là aussi.

Gaël nous rejoins trop tard pour entendre Hanna, mais discute ensuite avec Hanna un moment, par l'intermédiaire de Saori qui traduit. Même si elle refuse de chanter avec nous Hanna accepte de venir jouer du piano à notre concert. On est bien content.

On rentre à pied comme d'habitude, en passant à droite du parc Ueno cette fois-ci. On passe à côté d'un très beau temple, on traverse un cimetière la nuit, on finit par rejoindre Nipori Station, ou Gaël va manger et François et moi, on boit une bière. En rentrant, on passe à côtés du restaurant d'un gentil Japonais chevelu. On discute un brin... Un musicien aussi, peut être pourra-t-on jouer dans son café. Une fois de plus on rentre tranquillement.

dimanche 28 juillet 2013

Jour n°4 : Répétition avec Risa

Aujourd'hui, on ne se réveille pas trop tard, mais on traine un peu pour démarrer. Je vais prendre un petit café chez une vielle dame de Yomisedori. C'est dimanche et pourtant, la plupart des commerces sont ouverts.

À midi on va chercher nos traditionnels Bento qu'on mange a dans notre salon pendant que Olli et Emi travaillent sur leurs ordinateurs et que le chat traine.

Puis on se rend à Chibuya où on a rendez vous avec Risa. Près du petit chien Atchi, le lieu du rendez-vous, on retrouve Philippe Rachel, Juliette et Adam. On discute un moment avant l'arrivé de Risa qui fait la connaissance de tout le monde.


On se rend ensuite au parc Yoyogi pour travailler "les loups" avec Risa. Il y a déjà des musiciens et des gens qui jouent au parc Yoyogi, il fait bon ( un peu chaud )  mais on travaille efficacement.



Le texte en Japonais sur la voix de Gaël donne très bien, Risa propose des mélodies qui marchent bien sur la musique existante.

- "悪魔 を探す" ( chercher le démon )

On raccompagne ensuite Risa au métro et elle nous propose de l'accompagner a un concert de jazz, dans un club "made in japan".

Sur la route Risa trouve nos personnage de manga représentatif :

François est Krilin (クリリン)
Gilles est Anpana


Gaël est Jam Ojisan






On décide comme hier de rentrer a pied et en chemin on passe par le parc Ueno la nuit





, on s'arrête dans un Guy Don pas mauvais, on discute avec deux clients plutôt sympas. On poursuit notre chemin et on décide de s'arrêter dans une petite taverne typique pour boire un saké où on fait la connaissance de Katsuo et son père. 

Katsuo est mathématicien, son père était hors-service au moment où on l'a rencontré.

On reprend le dédale de petites ruelles extraordinaires avant de regagner notre chez nous... Comme on l'aime ce quartier !

samedi 27 juillet 2013

Jour n°3 : Hanabi Taikai

Aujourd'hui c'est le Hanabi Taikai la grande fête des feux d'artifice de Tokyo et on a prévu d'y aller. Le matin j'ai un mail d'Asaka qui me conseille de me rendre à Asakusa pour voir le feux d'artifice.

L'après midi on part visiter le parc de Ueno. On passe par la case Bento. Le parc de Ueno est très grand, il y a un joli temple Shinto, un lac avec des lotus, une grande place ou les musiciens de rue jouent. Trois musés dont le musé de l'art occidental ou on voie des copies de bourdelles et rodin.










On va se reposer près du grand lac ou des couples en Kimonos d'été ( Yucata ) font une promenade romantique en barque ou pedalos en forme de signe.


On a envie de faire traduire le texte de la chanson des loups pour pouvoir la travailler avec Risa demain, on cherche donc l'adresse d'un café anglophone a Tokyo afin de rencontrer des japonais bilingue. 

On est alors au Starbuck pour la connection et François a une intuition géniale : le couple devant lui semble parler Japonais mais le garçon semble occidental. On leur pause alors la question et oui, il est américain et c'est ainsi que nous faisons la connaissance de Ai et Stephen. Ai accepte de traduire les textes en Japonais avec l'aide de Stephen. Gaël les aide et explicite les nuances du texte. C'est assez beau a regarder en tant que spectateur.




On décide de rester avec nos nouveaux amis pour aller voir le feu d'artifice. On se rend donc à Asakusa, très beau quartier. On est sur de grands axes sur lequels on voit bien la tour de Tokio la Tokyo Skye Tree d'ou le feu d'artifice sera tiré. Il y a une grande foule tout en Kimonos d'été ( Yukata ) On est serré comme un 14 Juillet sous la tour effeil.





Le feu d'artifice commence, il est très beau. Mais vers la fin la pluie se met a tomber de plus en plus fort et on finis trempé comme des soupes alors qu'on a évité les mouvements de foules. C'était assez impressionant. On se réfugie trempé pour manger un curry japonais. Puis comme le métro est fermé on décide de rentrer à pied. On passe par la grande porte de Asakusa la nuit, c'est très beau, le quartier est génial et très beau après la pluie. Les ruelles sont superbe. 




On fait un petit détour mais qui nous mène tout de même à Nipori Station. 
La on cherche la rue Yomisedori en demandant notre chemin, on nous l'indique corectement, a un moment, après avoir franchis un pont sous la voie férrée, on tombe sur un grand escalier qui débouche dans un parc avec un petit temple, dans la nuit près d'un cimetière, l'ambiance est fantomatique. 
On retrouve notre chemin et en retournant sur Nipori on rencontre Mitsuro qui travaille dans un café turc. Intrigué par la guitare, on lui promet de revenir dans une demi heure pour lui jouer quelques chanson. Et il nous attend en effet, on joue Ange, le christ et écris moi tandis que les gens du quartier vont et viennes tranquilement sans trop se soucier de nous. Tout au plus une ou deux de ces belles silouhette mystérieuse a t'elle exquissé un sourire, ou bien l'ai je imaginé.

On rentre par les rues tortueuse de notre délicieux petit quartier. Ravi de nos aventures !

Jour n°2 : Visite à Saravah

Aujourd'hui on a retrouvé notre amie Asaka qu'on hébergé a paris au printemps dernier pendant son grand voyage. Elle est de retour pour quelques temps à Tokyo, c'est l’occasion, du coup je lui propose un bento dans Yomisedori.



On se retrouve près du petit temple rouge.








On retourne au bento d'hier et la vielle dame nous reconnais, et on retourne aussi au parc. Aujourdh'ui on croise une vielle dame avec un panier contenant des "semi" d’énormes cigales-mouches-hanneton de 5cm qu'elle est venu capturer. Pour les manger ? Non ! pas du tout ! c'est juste une tradition ! ouf...



Après le repas Asaka nous offre un café glacé puis on se dirige vers Shibouya, on doit retrouver Atsuko Barouh à Saravah. Sur la route une jeune fille en Kimono prend la pause pour se faire photographier.



Shibouya c'est vraiment Blade Runner en vrai ! Publicitées géante ecran video bruit ! très vivant et très futuriste. Il y a la une statue d'un petit chien très fidèle à son maitre qu'il a attendu pendant des années au meme endroit chaque jour.



Et dans ce magma manga, un petit escalier et une cave ou on couve la chanson de qualité. Il y a des répétitions, on reste quelques temps. Ce soir il y aura Namihira Ayuko, Risa Kousaka et Yūga. On fait connaissance.



 Une petite ballade pour patienter, dans Shibuya avec Asaka, en buvant une boisson pas mauvaise au citron, un genre de cidre. Puis on retourne à Saravah pour le spectacle.


Ce sont des ambiance élégante qu'explorent les trois belles de ce soir, jazzy très cool, du piano de la guitare et de la basse, et de la batterie. De très belles voix aussi, on passe une bien agréable soirée.




>


On rie beaucoup et Asaka nous amène manger quatre GYÛ-DON très bon, pas cher. Puis on rentre avec le dernier Chinkansen. On rie encore on rie beaucoup, on rie toujours avec Asaka !

mardi 23 juillet 2013

Jour n°1 : Paris-Tokyo

Nous voilà à Tokyo depuis hier déjà.

Depuis hier, je me dis qu'il va falloir raconter comment on est arrivé ici, l'ensemble de décisions, de chance et de travail qui ont fait que nous partons à l'aventure aujourd'hui. Mais au fond je pense que ça se fera petit a petit, au fil du récit de nos aventures Nipones.

Je suis arrivé avant-hier chez Gaël avec un sac lourd que Gaël a entièrement refait et écrémé de tout ce qui n'était pas nécessaire d'emporter...

Les chemises en soie qu'il a achetées ne lui vont pas, a moi non plus d'ailleurs, alors on va rendre une visite avant départ à Fabienne, en "asile climatique" chez Vivi, du côté de la mairie du 3ème. C'est la pleine lune, et là François est en train de me dire qu'on en revira au moins une, voire deux au Japon.

Chaleur écrasante avant l'orage le jour du départ, il y a encore une foule de choses à faire, déménager des planches à la cave de chez Gaël, aller chercher ma nouvelle carte bleue, découper les cartes de visite...

François Gaël et moi, on mange une bonne Pizza avant de partir pour Charles de Gaulles.

Je repense au jour ou Philippe nous a annoncés que notre dossier avait été sélectionne par le festival d'Hakodate, un soir après une répétition ! On avait travaillé dur pour boucler le dossier, on y avait fait un petit DVD, ça nous avait pris un week-end entier, dans le stress pour pouvoir envoyer tout à temps. Mais ça avait payé ! Restait à mettre en place le projet autours du festival et a trouver les moyens de le financer. C'est ce que nous avons fait tout au long de cette année.

On embarque pour Vienne, Gaël a les poches pleines de Michocos qui me rappellent mon enfance.





À Vienne, on prend le bus pour se rendre chez Julie, Sophie Clémens et Harald, en plein centre de Vienne.

Lorsque François a appelé Julie et lui a demandé s'il faisait chaud elle lui a répondu qu'il faisait très chaud et qu'il pouvait venir en slip. On prend au pied de la lettre et on débarque quasi à poil !!!

On passe la soirée sympathiquement avec Julie et Sophie. Julie nous a préparés des pâtes qu'on mange en buvant du bon vin autrichien.

La nuit, on fait une grande ballade dans le cœur de Vienne, avec François pour guide.








Le lendemain, on retrouve Philippe et Rachel à l'aéroport, ça y est, on part pour Tokyo ! Gaël préfère manger quelque chose avant de partir, car il croit qu'on n'aura pas de repas durant le vol, j'ai beau lui dire que probablement, on aura quelque chose, il ne me croit pas ...

Effectivement a peine l'avion décollé, on à droit a un déjeuné frugal poisson et riz.

On survole l'Europe, la Russie et quand on est au-dessus de la Chine, le soleil se lève très rouge sur les nuages, l'image est très belle et on se retrouve près des hublots a discuter avec de vielles dame Japonaise.








Le vol dure une dizaine d'heures, a l'atterrissage, je n'arrête pas de bailler pour déboucher mes oreilles. On atterrit dans d'épais nuages et on ne verra le sol qu'à quelques mètres d'atterrir.

Grâce à Philippe, on trouve rapidement le bus qui nous amènera à Taito où nous logeons, près de Yomisé Dori. Dans le bus, je teste mon japonais en discutant avec une guitariste à qui j'ai demandé où on était sur le plan complexe du métro Tokyoïte. On traverse Tokyo comme une forêt de maison aux tailles disposition et style chaotique, mais d'ensemble harmonieux.

Yomisé Dori est une très belle rue piétonne bordée de petit commerce, il y a vraiment une belle ambiance populaire. 



On retrouve le petit temple rouge repéré la veille sur Google Street, on prend la rue en face et on cherche la maison de Fionna. C'est Olli et Emi qui nous reconnaitront lorsque nous passerons avec nous nos sacs à dos devant la maison. Ils ont reconnu les intonations du Français. On visite la maison qui nous séduit par son côté typique et on décide d'y rester quatre nuits de plus, jusqu'à notre départ pour Hakodate.




On s'installe et on retourne à Yomise Dori chercher un bento qu'on mangera dans un beau petit parc envahi de cigales et grillons qu'on devine monstrueux au bouquant qu'ils sont capable de générer. 



Mais on ne les voit pas. Un petit lac au milieu du parc contient des carpes énormes. On  se balade dans le quartier, avec l'impression un peut surréaliste d'être dans un film ou le souci du "typique" aurait exagéré l'effet. Cette vielle japonaise en Kimono, le chauffeur de taxi qui nettoie sa voiture avec un mouchoir, le flic patibulaire et lent sur son vélo...

Une vielle dame viens à notre rencontre et se met à nous parler, elle nous tend un "amour-en-cage" prêt a s'envoler qu'elle a ramassé dans une maison du quartier. Quand je lui demande de nous en parler, je ne comprends pas bien sa réponse, mais j'ai l'impression qu'elle nous décrit le propriétaire de la fameuse maison comme une très belle personne.

On continue notre ballade, on passe devant une sorte de temple, puis l'université, on rejoint un grand axe qui nous amène au grand stade de baseball. On reste sur le parvis à se reposer quelques minutes.

On décide ensuite de visiter Kōkyo qui se trouve à l'emplacement de l'ancien château d'Edo, résidence des shoguns Tokugawa. Petite pause sieste avant de prendre la direction de Shinjuku. On cherche le "Décadence Bar". C'est incroyable au Japon, car lorsque vous demandez votre chemin à quelqu'un, il va se plier en quatre pour que vous parveniez à destination. Même si a priori, il ne sait pas ou est le lieu que vous cherchez, il va faire des recherches à partir du peu d'élément que vous pourrez lui fournir afin de trouver une adresse. Et ce n'est pas tout, pour être sûr que vous arriviez à destination certains vont jusqu'à vous accompagner sur le lieu ! C'est ce qui nous est arrivé avec le "décadence bar" situé au 9e étage d'un building, déco très manga gothique.

À Sinjuku, on a mangé de très bon Ramen dans un petit resto. On se serait cru dans "Blade Runner" ! Ils nous ont accueillis au fond sur la table où ils comptaient les billets ! On s'est régalé avec des Ramen au porc vraiment super. La soupe, surtout, était vraiment gouteuse avec un mélange de jus de viande et de champignon.

On a pris ensuite le train du retour vers Misedori, aidé par 3 jeunes supers sympas qui nous ont même aidés à choisir le bon ticket. Tout juste s'ils ne nous ont pas accompagnés à la maison pour nous border ! On devait avoir l'air bien crevé.

Et on n'était pas couché, on a passé la soirée avec Olli et Emi, et ensuite, on est resté tard avec Gaël à rédiger un dernier mail.