dimanche 31 août 2014

Jour 35 - visite à Mr Shuho à Atami

Nous avions rencontré Mr Shuho l'an dernier, alors qu'il dirigeait le "Liaison café" ou nous avons passé des heures mémorables l'été dernier. Au printemps de cette année, nous avons apris qu'il avait pris sa retraite.

Le liaison café a fermé, Mr Shuho c'est acheté un petit camping car et à quitté Tokyo pour Atami, au bord de la mer.

Yuiko m'a proposé d'aller lui rendre visite et de passer la journée avec lui, ce qu'on a accepté avec plaisir. Donc ce matin après une petite nuit, on quitte un Ryusuke fatigué de sa mésaventure de la nuit et on rejoins la gare de Tokyo.

On retrouve Yuiko, et on prend le train pour Atami. C'est un train lent qui s'arrète a de nombreuses stations, mais le paysage est jolie, et le voyage agréable.


A Atami, Mr Shuho nous attend avec son petit camping car, on va chez lui, c'est un appartement dans une résidence située sur les hauteurs de la ville.


Son appartement est très cosi, il y a une belle vue sur la mer et la ligne de train et de shinkansen.
François sympathise avec Nana, le chat de Mr Shuho.

On mange une salade très bonne, du poulet frit, du calamar délicieux. Après le repas on va prendre un bain dans le Onsen de la résidence. C'est un vrai Onsen, l'eau est bien chauffée par le volcan.

Après le Onsen on va au bord de la mer, François se baigne et fait un grand tour de nage, Puis on va au café Roka. 





On bois un verre, puis avec Yuiko chan on fait quelques kamishibai pour le petit public des clients du café. C'est un très agréable moment.

On prend le chemin de la gare a pied, a travers la ville, à de nombreux endroit, des petits Onsen, l'eau chauffée par le volcan parcours la ville et fume a tous les coins de rue.




On prend notre Shinkansen et regagnons le bureau de Yuko en métro. Encore du travail, avec François on va prendre une petite bière en terrasse a cotés d'un temple avec un échafaudage devant.



On rentre chez Yuko et on prépare pour le repas les poissons acheté a Atami. Pour le dessert ? C'est le gâteau au chocolat de Maitre François

Jour 34 - Perfomance à Golden Egg - Kabukijoo - Tokyo

 On dort bien pour récupérer des facéties de la veille chez Zizi Annabelle.
On décide d’aller déjeuner dans le très bon restaurant de Ramen et Tsukemen où on est déjà allé plusieures fois.

On se régale et on se remplit le ventre avec une portion XXL de nouilles et un oeuf poché, le tout à tremper dans une délicieuse soupe où flottent deux beaux morceaux de porc.

On se rend ensuite à Shinjuku, direction "Nannenya": la boutique à la tortue où François avait acheté ses Titibus, les pantalons de travail des ouvriers japonais.

C’est une mode depuis quelques temps de porter des vêtements d’ouvriers originaux, on trouve donc de tout dans cette boutique, même des Jika-tabi coqués. J’essaie quelques trucs qui ne me vont pas trop mal mais n’arrive pas à me décider, finalement je ne prends rien.

Gaël, lui trouve son bonheur. On l’attend devant la boutique sur un petit banc où tourne non-stop l’hymne du magasin « mannenya, Maannnennnyaaaaa…. » on n’en peut plus !

On retourne à pied vers Shinjuku.
En chemin on monte au 45eme étage de la tour nord du Siège du gouvernement métropolitain de Tokyo où on a une vue magnifique sur toute la ville. On voit les montagnes au loin et même par beau temps le mont Fuji (mais ce n'est pas notre cas).


Avant de sortir on remarque un endroit où ils proposent un tampon à l'éfigie du lieu. François s'en met un sur le bras, puis deux, trois, il fait une frise sur son bras droit. Voyant cela, un japonais déchaîné lui propose de l'aider et lui en fait dans le dos, sur l'autre bras et les épaules. Voilà François dans les rues de shinjuku, les "143 vues du Siège du gouvernement métropolitain de Tokyo" tatouées sur le corps.



On rejoint la salle "golden egg" qui est située tout près de la gare de Shinjuku, dans le quartier chaud de Kabukicho.
La salle est située au sous sol d'un immeuble. Quant on arrive "L'éclipse Nue" est en train de répéter, le son est très fort et la musique expérimentale explore les sons très aiguës et graves. Le concept est intéressant, il y a des micros ultrasensibles qui sont déplacés, percutés, jetés ou posés contre des partie du corps.

On va quand même acheter des bouchons d'oreille au Kombini le plus proche.

Amie nous rejoint, encore un peu dans les nuages, cachée derrière ses lunettes de soleil.

On fait nos balances, puis on attend le début de la soirée. Il y a une dizaine de groupes ce soir, et pas mal de choses très intéressantes. On à adoré les danseuses d'Haikara et leur numéro burelesque, la guitare de Jet Linda, Asamac...


On va faire un tour pour prendre l'air et manger un onigiri avec Amie. 
Lorsque l'on revient c'est quasiment à nous de jouer.

On commence par "Le Christ aux oliviers", puis "sumimassen" ça avait commencé chaud avec Amie, là ça part vraiment en vrille avec un "Déserteur" en cuir et clou, puis "Ali Baba" on en est au stade de la possession démoniaque, et, il fallait le film alimentaire de François pour calmer ce brasier dans "Aie ga Itaie", violent et impressionnant. On finit avec les loups.

Après nous il y a un groupe de free-jazz, ils commencent leur impro sur la phrase "Akuma wo sagasu"...

On bois une bière et discute avec les quelques français venu parcequ'ils avait vu le documentaire de "Tracks" sur Arte.

Et puis on rentre, François en bleu et rouge au milieux de la foule du métro interloqué. 



Ryusuke n'est pas chez lui; on va manger dans un petit restaurant de ramen dans la rue en bas. François a toujours sa peinture du coup on sympathise avec tout le monde. La patronne nous achète un CD. On rentre et on regarde la vidéo; le son a saturé, comme on pouvait s'y attendre, mais il y a de bons passages comme "Aie ga Itai", on monte un petit clip avec titre et générique et on le poste sur Youtube.

On s'endort enfin; pendant ce temps, alors qu'on à colé son vélo, le pauvre Ryusuke marche quelque part dans Tokyo.

vendredi 29 août 2014

Jour 33 - Zizi Anabelle


On dort bien chez Mr Ryusuke.
Réveil vers 10h; activités de base, blog, lessive. On se met en route vers shinjuku a 12h, on a rendez vous avec Chué, qui est traducteur et spécialiste de la chanson française.

On est un peut en retard et arrivé a shinjuku, on a du mal à trouver la sortie Est-centre. Une fois dehors, on ne voit pas Mr Chué, on essaie donc de l'appeler, plusieurs fois mais ça marche mal.
Je finis par l'avoir, mais c'est compliqué de s'expliquer. Il finis par nous rejoindre avec son costume de lin brun et son petit chapeau panama.

On discute un moment, Mr Chué est un japonais atypique, original qui a consacré une partie importante de sa vie à la chanson française. Le déclic, nous dit il lui est venu un jour en cours de français lorsque le professeur leur a fait écouter sur un magnétophone à bande un enregistrement des "feuilles mortes".

Mr Chué c'est alors passioné pour la chanson française et est devenu traducteur et chroniqueur pour les journeaux japonais. Aussi interprète pour des stars dont il garde précieusement quelques selfies dans son portefeuille : Aznavour, Gilbert Becaud, Moustaki, Zaaz... la liste est longue et variée.

Après avoir abordé plusieurs idées de projet et bien rigolé, on rejoins Nishiogikubo, le quartier de Tokyo ou se trouve la salle du concert de ce soir "Zizi Anabelle".

C'est un quartier sympa de petites échope ou on flâne avec plaisir. Quelques restaurant français.
 


 

 
Zizi Anabelle est une belle salle, bien décorée et avec tout ce qu'il faut pour faire de la musique. On arrive tôt, donc on peut s'installer et répéter tranquillement après l'arrivée de Mlle Amie, notre muse en noir de ce soir.



Une corde cassée, un mi aigue, c'est rare; je change tout le jeux de corde et vais devoir réacorder régulièrement la guitare ce soir !

Il y a deux chanteurs déjà là un chanteur de folk song façon dylan avc une voix eraillée et un chanteur de rock "garage" a la guiatre bien distordue et aux rythme rock'n'roll rétro. Amusant.

Plus tard, les membres d'un blues band arivent un a un, guiatre, basse batterie harmonica.
Le concert commence donc folk, puis rock, blues et enfin arrive l'OVNI d'uchronie.


 
On joue une petite heure. Le concert commence par la Muse en noir, aujourd'hui Amie chan avec qui on a beaucoup travaillé. Le concert se déroule bien, il y a une energie et une tension entretenu du début a la fin.

Après le concert on est content de discuter avec les salary-mens du groupe de blues qui ont bien apprécié "sumimassen".

Avant de partir, Naoko, la patrone du lieu m'offre un accordeur pour ma guitare !

On rentre par la yamamote line, une bonne heure de trajet parmi les japonais du vendredi soir rivé a leur téléphone portable ou dormant debout.

Arrivé chez Ryusuke on se repasse le film d'aujourd'hui puis on va se coucher. La pluie tombe, c'est une belle chanson.

jeudi 28 août 2014

Jour 32 - Retrouvaille avec Euro.

On dort longtemps pour récupérer des deux dernières journées un peut chargées. Yuko nous prépare un délicieux petit déjeuné. Une soupe super, des omelettes avec des petits oeuf de poisson à l'intérieur et du riz. On à aussi des fromages français et du beurre salé ramené par Chié et offert à Yuko. Merci Chié, merci Yuko; c'était délicieux.

C'est donc heureux qu'on se met en route pour Tokyo, ou nous avons rendez vous au salon de euro Etoile, ou nous avions joué l'an dernier, lors d'une soirée mémorable.
Après un petit moment de doute et de flottement, sur l'heure, le jour, le lieux on finis par prendre un train qui nous permettra d’être à l'heure au rendez vous.

Dans le train je fait un petit montage sur le concert de Saravah, nous avons trois caméras différentes, donc c'est un peut compliqué.

A Tokyo on retourne dans ce petit quartier charmant au bord du canal, près de l'Institut Français et on retrouve le chemin vers le salon de Euro.
Rihei nous accueille, et on retrouve avec plaisir les gens du lieux qui ne nous ont pas oublié, il y a toujours la trace de notre passage sur le mur près du bar. 


On fait la connaissance de Keiko qui se demandait qui avait fait le joli dessin sur le mur, elle est donc contente de rencontrer François.


On patiente un petit moment puis on retrouve notre Euro avec les cheveux bruns cette année.
On doit jouer un set de 30mn, à 8h. Chué, notre ami traducteur que nous avions rencontré ici l'an dernier nous rejoins.

On prépare un set court : "l'heure tourne", "ali baba", technicienne de surface", "le cannibale de paris", "sumimassen" et "les poissons rouges"

Le concert commence. Il y a trois chanteurs de jazz qui interpretent divers standart. La soiree est tres calme jusqu a notre set. On deguste tranquilement une petite biere pendant que kieko nous commente quelques photos de son dernier voyage a Paris.

Apres quelques petit reglage pour la guitare, on commence notre concert. au debut le son a beaucoup de reverbe mais on s habitue. Francois cache derriere le piano apparait durant la premiere chanson.
Sur le film de la camera de francois on ne voit presque pas le public, on a donc une ambiance un peut etrange qui fait penser a tween pics et aux films de David Linch.

Sur sumiasen francois refait la danse folle du concert de Nagoya.

Apres le concert on reste quelques temps a discuter avec Keiko et Chué et on décide de déjeuner avec Chué demain midi.

On rentre vers chez Ryusuke et on finis la soirée dans le bon Izakaya en bas de chez lui. Merci Euro !

mercredi 27 août 2014

Jour 31 - Répétition chez Ryouta, concert au Nanya

On se lève très tôt aujourd'hui pour prendre le train pour Osaka; à 6h15 le réveil sonne après une courte nuit. On fait les bagages et on file rejoindre la Tokyo Station pour le train de 7h50.
On à le temps de prendre un petit bento qu'on mangera dans le train.

Je profite du voyage pour faire le montage du concert de Saravah, il sagit d'aligner les différentes pistes et de corriger quelques (minuscules) défauts de jeu sur "Les loups".

On passe devant Fuji, aujourd’hui encore invisible. Entre le montage et le bento le temps passe vite, déjà 10h30 on arrive à Osaka.
Ryouta viens nous chercher, il a une très grande voiture genre minibus et on roule dans les minuscules rues de ce quartier d'Osaka, c'est très drôle.

Dans un quartier plutôt populaire, Ryouta habite avec sa femme Yoko, qui est pianiste, une petite maison charmante avec des petits lotus en pot devant la porte.

On répète dans le petit salon. On joue tous les morceaux facilement, Ryouta à écrit des partitions de percussions pour tous les morceaux. On travaille un peu plus sur "Vaille que vaille".

On fait une pose et Ryouta nous propose un très bon café, c'est le moment de faire connaissance avec Yoko qu'on à entendu chanter à l'étage mais qu'on a pas encore rencontré.

Ryouta a fait des études de peinture qu'il a abandonné pour la musique. Son père, artiste, réalise des gravures.

On retourne à Nagoya après avoir passé un très bon moment. On a envie de revenir.

Yuko nous attend avec François à la gare de Nagoya, on se rend directement au "Nanya livehouse" et je commence par faire une petite sieste. On va installer le matériel à l'étage et on répète nos morceaux avec Bara san et Changming chan.

Plus tard le poète Isamu et la danseuse Meme nous rejoignent et le public commence à arriver.







On fait un spectacle en deux parties avec une pause d'un quart d'heure. C'est une sorte de grande performance de François et Meme rythmée par les chansons d'Uchronie. On commence par La muse en Noir où Meme et François se préparent et se peignent le visage en blanc et le spectacle commence, hanté par la figure spectrale de Meme et les fourberies du Yokai François. Une sorte de ballet fantastique se met en place et fait revivre l'esprit des estampes cauchemardesque de l'ère Edo.








La seconde partie commence par le "Christ aux oliviers". François introduit la couleur sur le visage de Meme et sur le sien.

On finit par un enchainement "Les loups" - "Hanna fubuki"complétement fou et déjanté. Je finis par jouer alongé sur le sol, enlassant ma guitare tandis que Mr Gaël offre un poulet en plastique comme un bouquet à Mimi Chan.

Après le spectacle on se remet de nos émotions et on reste jusque tard, à discuter et manger les bons petit plats du lieu. Avant de partir on signe sur le mur en bois de la maison avec un dessin de nous trois en ombre chinoise et on promet de revenir !